Les plus de 40 membres des membres des Castellers de Paris qui ont assisté à l’Assemblée Générale du 19 Novembre ont approuvé partiellement leurs statuts et ont élu à l’unanimité les deux candidatures du conseil technique et du conseil directeur pour la prochaine année.

Le conseil technique s’articule autour des deux nouveaux co-caps de colla Xavier Bailo et Jordi Rabassa, qui débutent dans ces fonctions même s’ils sont des castellers d’expérience dans d’autres colles comme les Capgrossos de Mataró, les Sagals d’Osona et les Arreplegats de Zona Universitària. Cette organisation représente la nouveauté la plus importante des nouveaux conseils, qui ont un fort caractère continuiste.

Les nouveaux co-caps de colla remplacent dans ses responsabilités Jesús Crespo, qui supervise désormais l’équipe de marmaille avec la collaboration d’Ester Gea. Le reste du conseil technique est composé d’une équipe de formation (Irina Prieto i Monica Stoinea) et d’une équipe de pinyes (Jordi Demestre i Alexandra Vale). Le nouveau conseil technique souhaiterait à court terme consolider les castells de la gamme basique de 6 (3 de 6 et 4 de 6) qui ont pu être déchargés à plusieurs reprises les mois précédents. De plus, il serait désireux la saison prochaine de construire des nouvelles structures comme le 3 et 4 de 6 avec aiguille, le 2 de 6 et le pilier de 5 (incluant sa variante levé par la base).

Le conseil directeur, dirigé par la nouvelle présidente Eva Doya, a incorporé des nouveaux effectifs afin de couvrir les départs récents. La nouvelle équipe est composé  d’Albert Orta (qui va continuer dans ses fonctions de trésorier), Victor Bellón, Maria Carné, Miquel Huguet, Ares Rocañin i Hervé Sambourg. Les objectifs sont toujours aussi ambitieux avec l’organisation et la participation à des journées castelleres dans plusieurs villes de France et à l’international, sans oublier la démocratisation du monde casteller dans la région parisienne que la colla a réalisé depuis sa fondation.

Enfin, l’approbation des statuts, qui figurait à l’ordre du jour, n’a pas été acceptée par les membres. Le manque d’accord autour d’un des articles a conduit à une approbation partielle du reste du texte, dans l’attente de trouver une solution de consensus sur ce point dans le semaines qui suivent.